notaires-du-var

“Un notaire qui parle anglais se verra recommandé facilement auprès de la communauté des clients anglophones”. Entretien avec Cécile Ménard, Présidente de la Chambre des Notaires du Var – Mars 2022

Pour célébrer la troisième année du partenariat que nous avons conclu avec la Chambre des Notaires du Var, LfEX est allé à la rencontre de sa présidente Me Cécile Ménard. Depuis 2019 LfEX a formé 21 notaires du département du Var à l’anglais juridique appliqué au notariat grâce à l’engagement de la Chambre dans la sensibilisation des acteurs du notariat à l’apprentissage de l’anglais. 

James Haillot – O’Connor (LfEX)

Pourquoi maîtriser l’anglais est un enjeu important pour les notaires ? 

Cécile Ménard, Présidente de la Chambre des Notaires du Var

Nous avons de nombreux clients anglophones qui après une période d’absence suite au Covid, semblent revenir. Aujourd’hui, nous avons un peu de recul sur le Brexit. Ce qui semble être la fin du Covid et la fin de l’onde de choc du Brexit crée une situation favorable au retour des Britanniques sur notre territoire. Les autres clients étrangers, qui utilisent l’anglais comme langue de communication (Allemands, Hollandais, Scandinaves…), eux, ne sont jamais partis. J’ai de plus en plus de dossiers avec des clients anglophones qui après les confinements successifs cherchent à acquérir un bien immobilier proche de la nature. Il ne faut pas oublier que les clients étrangers, notamment les anglo-saxons, sont très proches de leur communauté et se recommandent entre eux les bons plans de la région. Un notaire qui parle anglais se verra recommandé facilement auprès de la communauté des clients anglophones. Au fond ce qui est particulièrement important c’est que le notaire ait un niveau d’anglais suffisant pour créer un lien avec son client anglophone pour créer une véritable relation. Pour le reste, l’appel à un traducteur assermenté reste l’obligation. Je pense que les notaires devraient percevoir la formation en anglais de leurs collaborateurs comme un investissement, une forme de business-development indirect. 

Comment favoriser l’apprentissage de l’anglais auprès des notaires ? 

Les notaires ont peu de temps et sont souvent saturés de demandes. Il y’a aussi une forme d’injonction à la rapidité qui semble émaner de tous côtés. C’est difficile pour eux de trouver le temps d’apprendre une langue étrangère dans ce contexte. L’apprentissage de l’anglais prend du temps et demande de l’effort, de la régularité. C’est chronophage. Pour autant c’est particulièrement important. Alors que faire ? Je dirais à mes consoeurs et à mes confrères de former leurs équipes, si eux même n’ont pas le temps de se former à l’anglais. Le coût de la formation sera rapidement remboursé par le fait que des clients étrangers arrivent à l’étude. De plus, il existe de nombreux systèmes de prise en charge du coût des formations, notamment via le FIFPL et MonCompteFormation. 

LfEX propose des formations individuelles en visioconférence. Les formations sont habilitées par le Conseil Supérieur du Notariat au titre de la formation continue obligatoire des notaires. 

Plus d’information : LfEX